La communauté Chekalini partage à propos de « Être des Artisans d’Espérance dans Notre Monde Béni et Brisé »

RSCJ Chekalini Community in Kenya (from left to right): Ribin Musina, Nancy Koke, Betty Nakato, Margie Conroy, Caroline Aluoch (candidate)

Nous avons commencé notre rencontre par une prière animée par Margaret Conroy rscj. Nous avons utilisé le chant « Esprit de Dieu dans l’eau courante et propre » et nous avons prêté beaucoup d’attention à la signification des paroles du chant, qui parlent du « gémissement » de la création jusqu’à son accomplissement.

Nous avons ensuite passé quelques minutes à analyser l’image du « transformation du cœur » par Jana Parkes. Nous avons relevé la lumière au milieu du cœur, que nous avons interprété comme un symbole d’espérance et de vie nouvelle. Nous avons remarqué des éclaboussures de sang dans le cœur et des fissures au fond du tableau qui nous transmettaient la souffrance de notre monde et l’appel à modifier nos vies pour que le monde puisse reprendre sa totalité !

Nous avons poursuivi notre réflexion sur les thèmes du document Être des Artisans d’Espérance dans Notre Monde Béni et Brisé :

Se laver mutuellement les pieds.

Avec ce thème, nous avons examiné les relations de pouvoir. Ensemble, nous avons discuté de l’impact du pouvoir débridé. Nous sommes parvenues à une compréhension plus profonde du fait que le pouvoir débridé peut conduire à des actions cruelles et violentes envers l’humanité et la création. On nous a rappelé que le pouvoir est à notre disposition de bien des façons. Nous nous sommes senties appelées et défiées de toujours avoir une réflexion personnelle sur l’exercice de notre pouvoir et de notre autorité à tous les niveaux.

Transformer et être transformés.

Nous avons discuté des structures et des systèmes d’injustice qui nous touchent directement ou indirectement. Par exemple, les structures patriarcales et le système éducatif compétitif dans nos pays. On nous a rappelé les dangers d’être complices d’un système injuste en raison des nombreuses exigences que ce système mondial nous impose. Nous avons profondément pris conscience que tout ce que nous faisons localement a un impact à long terme sur le monde entier. Nous devons nous rappeler que nous appartenons à quelque chose de plus grand que notre environnement immédiat et être conscientes qu’un seul acte que nous prenons individuellement ou en tant que groupe peut affecter beaucoup de personnes de façon soit positive ou négative.

Il nous est apparu plus clairement que pour transformer le monde, il fallait unir nos efforts. L’image qui symbolise cet aspect du document « Artisans d’Esperance » est le tissage. Nous devons rassembler tous les fils/idées/ressources afin d’avoir une solution à long terme.

Nous sommes toutes d’accord sur le fait qu’agir ensemble en tant qu’Un seul Corps poussera certainement notre pouvoir à transformer des structures et des systèmes injustes. Cependant, il est important de noter que l’aspect d’agir comme Un seul Corps devrait commencer par la responsabilité et l’engagement d’une personne à diriger son énergie et ses pensées vers ce que le Corps juge juste. Ne pas le faire implique que nous n’obtiendrons pas la totalité du Corps.

Prendre soin de notre maison commune.

La réflexion que nous avons eue sur le thème ci-dessus nous a aidés à comprendre l’interconnectivité de tous les êtres ! La notion d’une maison commune est un grand rappel que nous sommes appelées à partager avec les pauvres et les autres créatures de Dieu ce que la Terre Mère fournit et à prendre soin de la création pour les générations futures.

Accueillir les personnes qui se déplacent, et marcher avec ceux qui cherchent refuge et espérance d’un avenir meilleur.

Nous sommes conscientes que nous ne pouvons y parvenir que si nous nous tenons informées de ce qui arrive aux migrants. Comme indiqué dans le document, nous devons être proches de la réalité des gens afin de pouvoir les aider.

Au fur et à mesure que nous passons aux actes de soins, nous devons créer des limites positives, c’est-à-dire ne pas nous laisser vaincre par des sentiments d’impuissance ou paralysées par la peur, mais garder espérance et croire que si nos actions sont faites avec amour et la pureté du cœur, elles feront certainement une différence dans le monde. Rien n’est perdu.

Conclusion

Dans l’ensemble, le document rappelle à chacun d’entre nous que nous avons une responsabilité pour chaque action que nous entreprenons et que, lorsque nous unissons nos efforts, de grandes choses sont possibles. Nous pouvons y parvenir en soutenant les initiatives prises par les individus, en les enrichissant de nos idées et en traçant la voie à suivre en tant qu’Un seul Corps.

En tant qu' »Artisans de l’espérance », chacune est appelée à chercher les morceaux brisés et à les rassembler en tant que Corps pour regagner/récupérer le visage de la Terre Mère.

P.S.
Sœur Margie, un spécial merci à toi pour les nombreuses idées que tu as partagées avec nous dans la ligne de JPIC ! Que le Dieu Tout-Puissant te bénisse en notre nom !
Nakato Betty rscj
au nom de la communauté de Chekalini
 

Province |Ouganda / Kenya


JPIC |Transformer les relations