Deodita Jacky Godinho

Je suis une fille de pêcheurs : M. Jacky et Mme Ropin Godinho. Je suis née dans un petit village appelé Devbag à Malvan, Sindhudurg, Mharashtra- Nous sommes six enfants : trois sœurs et trois frères. Je suis l’aîné. Mes parents nous ont éduqués et ont fourni tout ce qu’ils pouvaient grâce à leur travail acharné. Ils nous ont donné une profonde fondation spirituelle par la prière du soir (Rosaire), et par leur foi profonde en Dieu. Mes deux parents ont toujours prié et cherché la volonté de Dieu. Mon père avait l’habitude de revenir sans un seul poisson, après une nuit entière de pêche. Pourtant, il disait fidèlement : « Un jour, Dieu récompensera tous mes efforts ».  Quand il avait du poisson, il nous rappelait sa foi :  « Vous voyez, je vous ai dit qu’Il donnera ; ayez la foi, Dieu sait ce dont nous avons besoin. »

Mon père était un homme très strict, mais mon oncle, le frère de mon père qui, avec sa femme et sa fille, vivait aussi avec nous, était très affectueux. Nous avions souvent l’habitude d’être avec lui.  Il est mort quand j’avais neuf ans. Comme j’étais proche de lui, sa mort a été un véritable choc pour moi et m’a beaucoup affectée. Quand j’étais au noviciat, j’ai réalisé que je m’étais enterré avec mon oncle. Plus tard, j’ai surmonté cela. Après sa mort, un prêtre a rendu visite à ma tante et il m’a dit spontanément que je serai une sœur. D’une manière étrange, ce fut ma première expérience de l’appel de Dieu. À partir de ce moment-là, j’ai dit à tout le monde que j’allais devenir une sœur, même si je n’avais aucune idée de ce que cela signifiait.

J’avais une relation très amicale avec ma mère, qui m’a influencée par sa patience, son humilité, sa nature travailleuse et son courage. Plusieurs fois, j’ai entendu mes parents dire « Tujekhoshi jau Deva. » (Que ta volonté soit faite, ô Dieu) Quelque part, cela est ancré au plus profond de moi et m’a aidée dans mon discernement. J’ai appris à attendre que Dieu réponde. Je l’ai fait avant d’entrer dans la vie religieuse. J’avais aussi une relation très amicale avec chacun de mes frères et sœurs. Ils me respectent comme leur sœur aînée et me demandent conseil. Malgré tous les hauts et les bas qu’une famille doit traverser, nous sommes une famille heureuse et respectée dans mon village.  

Je sens toujours que le fondement de ma prière est Mère Marie. La dévotion envers elle m’a conduit à aimer Jésus. Enfant, j’avais l’habitude de faire la neuvaine du Sacré-Cœur toute seule, après avoir entendu une femme de notre quartier réciter « doux Cœur de Jésus, sois mon amour ». J’ai aimé ces paroles et je les ai retrouvées dans un cantique : la neuvaine du Sacré-Cœur. A partir de ce moment-là, j’ai commencé à prier cette neuvaine.

 Après mon SSC, je voulais continuer mes études. Sr Pratibha Pinto RSCJ avait déjà rendu visite à ma famille. D’une manière ou d’une autre, elle a appris que j’avais le désir de rejoindre la vie religieuse, alors elle est restée en contact avec moi lorsque j’étais au collège. Pendant cette période, il y avait beaucoup de confusion en moi concernant mon avenir.

 J’ai rencontré un jeune homme qui voulait m’épouser et j’ai attendu mon « oui » pendant deux ans. J’étais sérieuse dans ma carrière, donc je ne me préoccupais pas plus de lui, et je pensais aussi que si c’est l’homme que Dieu a choisi pour moi, il viendra à moi de toute façon, mais Dieu avait d’autres plans pour moi.  

Après mes études, j’ai travaillé pendant quelques années et j’ai donc gagné de l’argent.  Cependant, je n’étais pas heureuse. Je cherchais la volonté de Dieu dans ma vie. Un jour en 2006, j’ai eu le courage d’appeler Sr. Pratibha pour lui dire que je voulais rejoindre la vie religieuse. Elle m’a invitée à  » venir et voir  » mais je voulais m’engager sans le faire. Ainsi, petit à petit, ma vie de formation dans la Société a commencé.  J’ai été attirée par l’esprit de la Compagnie –  » Prière et vie intérieure  » – pour découvrir et révéler l’amour du Cœur de Jésus. Le 2 février 2010, j’ai fait mes premiers vœux.  Après avoir prononcé les vœux, j’ai eu l’impression d’être porté par mon Dieu. 

Tout au long de ma vie, et en particulier pendant mes jours de formation, j’ai rencontré Dieu dans ma vie de différentes et petites façons. J’ai réalisé que je ne suis jamais seule. Les hauts et les bas font partie de toute vie. Il est important de choisir ce que Dieu a prévu pour moi. Si je vis ma vie selon le plan de Dieu, elle peut avoir un sens. Il faut donc s’en remettre à Dieu.

Aujourd’hui, je suis remplie de gratitude pour tout ce que j’ai reçu de mon Dieu, pour son amour et ses bénédictions, pour ma famille, mes voisins et les sœurs de ma société. Tous ont joué un rôle crucial dans ma vie. J’ai dit mon oui définitif le 28 janvier 2018. J’ai expérimenté l’amour intense de Jésus comme ma récompense. Les mots suivants et la deuxième image que vous voyez ici, que j’ai dessinée pendant ma retraite de trente jours avant mes vœux définitifs, sont encore frais dans mon esprit :

Oh… mon amour, mon Dieu et mon tout, Tu m’as choisi pour être à Toi. Ton bien-aimé, Tu as choisi d’habiter en moi comme mon souffle, pour ne jamais être séparé de Toi. Nous ne faisons qu’un et je suis submergé par Ton amour, Jésus. Je ne peux être autre chose que de vivre Ton amour et Ta Vie. J’embrasse ta croix où la source d’amour et de vie a débordé. Avec ton invitation et ta grâce, je veux être cette eau vivifiante pour ta mission. Je m’unis aux trois vœux d’Obéissance, de Pauvreté et de Chasteté, faisant confiance non pas à mes capacités mais à Ta fidélité, Ton amour et Ta grâce pour les vivre.   AMEN ! Alleluia!


Section |Auto-portraits


Province |Inde