Mise à jour Covid-19 : Province KOC

Au 27 mars 2020

Nous vous sommes très reconnaissantes d’avoir envoyé à toutes les sœurs, le 25 mars dernier, cette lettre si encourageante. Nous allons la partager avec nos partenaires en mission après l’avoir traduite en coréen. Je pense que les questions qui nous sont posées dans cette lettre seront très utiles pour réfléchir non seulement aux deux derniers mois que nous avons passés en quarantaine à cause de l’épidémie du COVID19, mais aussi aux prochains jours que nous devons vivre sans pouvoir prédire ce qui va se passer.

Deux mois ont passé depuis que les premiers cas confirmés ont été rendus publics en Corée, le 20 janvier dernier. Aujourd’hui, le 26 mars, notre pays compte 9.137 cas confirmés et 126 décès. Toutes les écoles qui auraient dû rouvrir début mars ont reporté leur jour de réouverture au 6 avril, mais personne ne sait si cette date sera respectée ou non, tout comme personne ne peut savoir quand cette pandémie prendra fin.

Aucun diocèse catholique coréen n’a célébré de messe pendant le carême, ce qui est une situation sans précédent dans l’histoire de notre Église. La conférence des évêques coréens a décidé de fixer la date où l’on pourra célébrer de nouveau les messes, en fonction des situations de chaque diocèse, approximativement au même moment que la réouverture des écoles.

Grâce aux prêtres jésuites, nous pouvons célébrer la messe un jour sur deux à notre campus Wonhyo- ro de Séoul, mais les laïcs venant de l’extérieur ne sont pas autorisés à se joindre à nous. En effet, les personnes de l’extérieur ne sont pas autorisées à entrer dans l’enceinte scolaire et nous ne pourrons donc célébrer notre liturgie de la Semaine sainte qu’entre nous. Ce sera la première fois que nous célébrerons la Messe de Pâques sans aucun invité. Nous prions chaque jour pour les victimes du coronavirus, ainsi que pour les membres de leurs familles qui prennent soin d’elles, le personnel médical et les bénévoles qui leur viennent en aide.

En nous basant sur l’expérience de l’épidémie du MERS en 2015, nous essayons de préserver autant que possible notre vie quotidienne et, comme cela pourrait être une bataille à long terme, nous essayons de réaliser notre travail selon le plan du Bureau provincial pour l’année 2020. La messe d’action de grâces pour la profession perpétuelle de Sr Bang Jeong-hye et et Sr Kim Ji-hye’ a toutefois été reportée au jour de la Fête du Sacré-Cœur. Une conférence spéciale de la province KOC, prévue pour le 4 avril, sera organisée via Zoom. La réunion du Conseil et la réunion des coordinatrices des communautés ont eu lieu comme prévu. Le Conseil provincial visitera les communautés du 18 avril au 19 mai et je rencontrerai chaque membre pendant cette période.

Nous vivons une période instable mais, paradoxalement, nous vivons une vie très intime et contemplative. Nous essayons de ne pas sortir, nous mangeons donc ensemble trois fois par jour, presque tous les jours, passons du temps ensemble et faisons des choses que nous avions pour habitude de remettre à plus tard. Nous nous occupons des tâches ménagères et nettoyons tous les recoins de la communauté. Nous nous concentrons également davantage sur notre vie de prière. Je suis heureuse de pouvoir saluer de temps en temps, par Skype et par e-mail, nos sœurs de Taïwan et et nos nouvelles missions en Asie.

À la communauté Barat, une communauté de sœurs aînées, les sœurs commencent à prier avant le déjeuner, chaque jour, pour notre peuple et pour le monde. Elles vivent dans des conditions relativement sûres, mais nous pensons à nos pauvres voisins qui doivent travailler à l’extérieur pour vivre. Notre centre de spiritualité du Sacré-Cœur, à Paju, a dû fermer pendant deux mois, en février et mars. Réduire les salaires des employés n’a pas été facile, c’est pourquoi les membres du personnel ont décidé de compenser certaines pertes en fabriquant et en vendant des confitures de pommes et d’oranges. À Bucheon, le foyer pour filles poursuit son service habituel en gardant les jeunes filles à la maison, tout en veillant aux précautions sanitaires et en remontant le moral des jeunes filles et du personnel grâce à des activités spéciales. Lorsqu’il y a de nouvelles arrivantes, celles-ci doivent être isolées pendant deux semaines avant de rejoindre les autres filles. À la salle d’études Saenal, les enfants ne peuvent pas venir au centre, alors les sœurs préparent le dîner qui sera livré aux enfants afin qu’ils puissent avoir au moins un repas complet par jour à la maison. À la garderie de Sammul, Sr Kim Ji Sun et les enseignants s’occupent – à la place de leurs parents – d’une dizaine d’enfants, sur un total de 64, qui ont besoin de soins urgents.

Nous sommes persuadées que le monde est désormais connecté et ne fait qu’un. Nous pouvons prévoir que le monde sera réorganisé en une nouvelle structure lorsque nous aurons vaincu cette épidémie. En priant pour le Chapitre spécial de l’année prochaine, nous espérons que la réalité d’aujourd’hui permettra au monde d’être plus proche et nous poussera à partager généreusement nos ressources comme un seul corps.

Unies dans le Sacré-Cœur,

Choi Hae Young rscj, au nom des sœurs de la Province KOC
 
 

Section |Nouvelles Internationales


Province |Corée-Chinoise