Mise à jour Covid-19 : Chili

Au 31 mars 2020

Dans notre province du Chili, en mars, plusieurs communautés (nous sommes six) recevaient leurs nouveaux membres. Beaucoup d’entre elles commençaient la mission consistant à accompagner nos écoles, chapelles et autres, à commémorer la journée de la femme, à participer à des marches et à préparer les derniers détails de la visite du Conseil général. Tout cela s’est déroulé dans un environnement politique et social très sensible, depuis le bouleversement social que nous avons vécu le 18 octobre et qui, en mars (lorsque la vie quotidienne reprend après les vacances d’été), se réorganisait et se renforçait.

Nous étions au courant de ce virus, même si au début nous ne pensions pas qu’il était si grave. Nous pensions même que le gouvernement « gonflait » cet épisode pour minimiser les problèmes sociaux du pays. En quelques jours, tout a changé pour nous : de l’annulation de la visite du Conseil général à la suspension des cours dans les écoles et les universités, en passant par l’annulation des événements sportifs et culturels, ainsi que des célébrations eucharistiques, et notre mise en « quarantaine ».

Grâce à Dieu, pour le moment toutes nos sœurs RSCJ vont bien. Dans la maison des sœurs aînées, toutes les précautions possibles ont été prises, surtout avec le personnel infirmier qui va et vient. Dans la maison des sœurs aînées, personne ne peut ni entrer ni sortir (visites), à l’exception du personnel infirmier (un planning de roulement, remplacements, etc. a été mis en place).

On a demandé aux sœurs de la communauté de Puente Alto de déménager dans la maison de la rue Rancagua (également à Santiago et dans le centre de la ville), afin qu’elles puissent avoir un meilleur accès aux centres médicaux, si nécessaire. Il leur a été très difficile de quitter la population, par solidarité avec les voisins et les gens du secteur, mais en tant qu’Équipe de leadership, nous avons pensé qu’il était opportun qu’elles déménagent, car toutes (4) ont plus de 60 ans et vivent dans un secteur éloigné des services d’urgence. Les sœurs des autres communautés sont restées, pour la plupart, à la maison (sauf pour le travail, les médecins, les courses). Grâce à Dieu, nous avons toutes pu faire le plein de provisions de base et acheter le nécessaire. Aujourd’hui, nous constatons que la courbe de contagion commence à stagner, mais ce n’est pas le moment de baisser la garde. Au contraire, nous sommes conscientes que nous devons être encore plus vigilantes car, d’après les statistiques, le pic du virus devrait être atteint à la mi-avril.

En tant qu’Équipe de leadership, nous avons envoyé une lettre indiquant de prendre les mesures de protection nécessaires et de préparer un plan A, B et C en cas de maladie, de contagion ou de décès d’un membre de la communauté, d’un membre de la famille ou d’un voisin. Les communautés sont en pleine réflexion et leurs réponses devraient arriver d’un jour à l’autre, ce qui nous aidera à prendre davantage conscience, à nous concentrer sur ce qui est important, à renforcer notre engagement à être des Artisans d’Espérance dans notre monde béni et brisé et à savoir comment agir et ne pas tomber dans la peur et la paralysie.

L‘Équipe de Communication de la province envoie quotidiennement aux communautés et à la famille du Sacré-Cœur, en ligne, de simples réflexions destinées à offrir une contribution pour nourrir le cœur. Cela représente un espace différent, face à toutes ces informations sur le coronavirus.

L’Équipe du Réseau des Écoles a été présente pour encourager les communautés d’éducation. Elle a envoyé une lettre sincère et chaleureuse contenant un message et des mots d’espoir aux communautés éducatives de nos écoles (3).

Nous organisons également des réunions virtuelles entre les communautés de notre province et avec d’autres provinces.

Nous nous sommes inscrites au programme Zoom pour faciliter les réunions virtuelles qui se sont multipliées pendant cette période et que nous organisons entre nous, en tant que Province, ainsi que pour notre travail et notre service de pastorale.

En tant qu’Équipe de leadership, nous organisons des réunions virtuelles hebdomadaires et avons envoyé des communiqués aux communautés, chaque semaine, pour encourager l’espérance et la responsabilité dans la prévention de cette pandémie.

Compte tenu de la réalité de cette épidémie, notre Équipe de leadership et l’Équipe du Réseau des Écoles ont pris la décision de suspendre la réunion RedLac qui devait avoir lieu au début du mois de juin 2020.

Lundi prochain, nous tiendrons une « réunion provinciale virtuelle » pour savoir comment nous vivons cette réalité mondiale, ce que signifie pour chacune d’entre nous le confinement dans nos communautés, etc. Cela nous permettra de prendre le pouls et de faire baisser les niveaux de tension.

Chères Sœurs, merci beaucoup pour votre sollicitude et pour nous permettre de partager ce que nous vivons en tant que Provinces. Tout cela nous aidera à renforcer le COR UNUM et nous permettra de vivre avec plus de force pour être des Artisans d’Espérance aujourd’hui, dans cette triste réalité où ceux qui souffrent davantage sont les plus démunis et les plus vulnérables.

Edith Opazo, au nom des sœurs du Chili
 
 

Section |Nouvelles Internationales


Province |Chili