Neelam Hembron

J’ai passé la majeure partie de ma vie dans le village de Raitoli qui appartient à la paroisse de Torpa dans le Jharkhand.  Je suis l’aîné de ma famille et j’ai deux frères et une sœur plus jeunes.

Je suis née au printemps, lorsque les feuilles et les fleurs commencent à apparaître sur les arbres « Sal », et que toute la communauté célèbre la fête locale de « Sarhul », qui accueille la nouvelle vie et la nouvelle année. On m’a dit plus tard qu’en raison de ma naissance, la fête prévue avait dû être reportée de quelques jours, le temps que le cordon ombilical sèche et que le rituel de purification soit terminé.

Étant le premier enfant, j’ai été beaucoup choyé car mes parents, ma grand-mère et ma tante (la sœur célibataire de mon père) s’occupaient de moi.  Une autre tante a proposé de m’emmener chez elle, à Dumka (à près de 400 km), pour mes études.  Ainsi, lorsque j’ai eu cinq ans, j’ai été envoyé à l’école chez elle.  A cette époque, mon petit frère était né.  La maison de ma tante est devenue ma deuxième maison ; ma tante et mon oncle ont joué un rôle important dans ma vie.  J’ai trois cousins qui n’étaient pas à la maison à cette époque, et j’étais donc considéré comme leur quatrième enfant.  Ils m’aimaient tellement que mes parents ne me manquaient pas beaucoup. Je suis restée avec eux jusqu’à la fin de ma dixième année.

Pendant les week-ends et les vacances, ma tante se rendait régulièrement au couvent de Mère Teresa pour y aider les sœurs et elle avait l’habitude de m’emmener avec elle.  J’aimais jouer avec les petits enfants et discuter avec ceux qui vivaient là. Parfois, j’allais à la chapelle, où certaines sœurs priaient les yeux fermés. Je ne comprenais pas pourquoi elles fermaient les yeux quand elles priaient, mais j’aimais ça et quand je jouais à la maison, je fermais aussi les yeux.

En grandissant, mes pensées et mes intérêts se développaient également et je voulais réaliser mes désirs comme je voyais les autres le faire. Donc, après avoir terminé le Standard 10, je suis revenu à Raitoli et j’ai commencé l’université. Pendant cette période, j’allais de l’avant, je pensais à l’avenir et le planifiais, mais je n’avais aucune image claire de quoi que ce soit. J’essayais de me distraire de cette pensée en rejoignant mes amis pour s’amuser et faire des sorties ensemble. Mais dans les moments calmes où je faisais une pause et réfléchissais, je me sentais vide à l’intérieur.

Pendant la saison des pluies, j’avais l’habitude d’emmener le bétail paître sur la colline.  L’après-midi, je me reposais sur un rocher plat, profitant de la beauté de la nature qui m’entourait. En m’allongeant sur le rocher, dans le giron vert de Mère Nature, je pouvais voir le ciel bleu, entendre le gazouillis des oiseaux et sentir le contact d’une brise légère, apaisant tout mon être.

Un jour, alors que le bétail broutait, je me suis assise sur mon fidèle rocher, et une pensée a capturé mon cœur : ce rocher est si fort et reste toujours immobile.  

Plus tard, ce même jour, je lisais l’histoire vraie d’une jeune fille qui avait rencontré un homme atteint de la lèpre et avait discuté avec lui. Après quelques mois, sa voix intérieure a commencé à lui dire qu’elle devait retourner à l’endroit même où elle avait rencontré cet homme.

À ce moment-là, l’homme avait complètement perdu la vue.  Mais, lorsque la jeune fille s’est approchée de lui, il l’a reconnue à l’odorat et a dit à haute voix : Ma fille est venue ; maintenant je peux mourir en paix !

D’une certaine manière, ces mots m’ont profondément touché et chaque fois que j’y réfléchissais, je ressentais une paix intérieure profonde et me sentais obligé de faire quelque chose.  Un jour, une pensée s’est emparée de mon esprit : vivre pour soi est normal, mais vivre et faire quelque chose pour quelqu’un d’autre est un don de Dieu.

Ces mots me sont restés en tête alors que je choisissais mon mode de vie, et après avoir terminé mes études en 2007, j’ai rejoint les Sœurs du Sacré-Cœur, qui avaient une école à Torpa.  Ma famille m’avait permis d’être libre, alors quand j’ai exprimé mon désir, ils m’ont soutenue.  Lorsque j’ai rejoint la congrégation, je n’en savais pas grand-chose, mais j’avais entendu parler de certaines de leurs activités par ma mère, qui était membre du groupe d’entraide.

Je suis restée quelques jours dans la communauté de Torpa, puis je suis allée à Haregaon et à la communauté du noviciat.  Pendant ces années, j’ai appris à connaître la Société et j’ai développé une relation profonde avec Dieu.  

Après mes premiers vœux, j’ai séjourné dans plusieurs communautés différentes, et de nombreux RSCJ ont contribué à ma croissance personnelle et m’ont aidé à me rapprocher de l’amour divin de Dieu. En expérimentant cet amour du Christ, j’ai pu prendre mon engagement définitif en 2019.

Actuellement, j’enseigne aux enfants de l’école New Dawn à Torpa.  Cela me procure une joie immense de partager l’amour du Christ avec ces jeunes.

Lorsque je repense à ces dernières années de vie religieuse, mon cœur est rempli de gratitude envers Dieu. Je ne suis pas arrivée ici par hasard ; Dieu a un but dans ma vie. Par conséquent, je fais l’expérience de son amour et de sa sollicitude chaque jour.  Dieu m’a accompagné avec douceur et m’a donné de nombreuses occasions de prendre profondément conscience de son amour inconditionnel.

En grandissant dans la vie religieuse, je continuerai à partager l’amour inconditionnel de Dieu partout où je vais.

 


Section |Auto-portraits


Province |Inde