Mise à jour ONU-ONG : 2019 Nations unies Forum politique de haut niveau (FPHN)

 
 
2019 Nations unies
Forum politique de haut niveau (FPHN)
9-16 juillet
 
« Autonomiser les individus et assurer l’inclusion et l’équité »
est le thème du FPHN de cette année. 
 
 
Une délégation de sept religieuses ont représenté la Société du Sacré-Cœur : Bang Junghye (KOC), Kim Jihye (KOC), Lisabeth Kelly (stagiaire, USA), Betty Nakato (UGK), Rita Pinto (IND), Daphne Sequeira (Conseillère générale, Rome) et Sheila Smith (Représentante ONG-ONU). 
 
 
Orientation – Jour 1
Sheila Smith rscj (Représentante ONG-ONU)

Nous avons commencé la journée du 7 juillet en priant avec la Déclaration d’Engagement JPIC du document Être des artisans d’espérance dans notre monde béni et brisé. Nous avons aussi prié la chanson If Not Now [« Si ce n’est pas maintenant »] de Carrie Newcomer. 

ance O’Neil (INS) et des membres de la Communauté 120th Street, Helen O’Regan (USC) et Stephany Veluz (USC), ont également accompagné la délégation en les soutenant par la prière. 

Sheila Smith a présenté le rôle, les opportunités et les responsabilités du Sacré-Cœur à l’ONU. Elle a souligné l’importance des interconnexions entre vivre JPIC dans nos réalités locales et faire entendre la voix de nos peuples dans les conversations sur les réalités globales qui nous affectent tous. Sheila a mis chacune de nous au défi de trouver sa propre réponse à la question : « Pourquoi sommes-nous à l’ONU ? »

 
Rita Pinto (IND), Kim Jihye (KOC), Betty Nakato (UGK), Sheila Smith (UN-NGO), Daphne Sequeira (Rome), 
Bang Junghye (KOC). Photo prise au 120th Street Community, New York, NY. 
 
 
Orientation – Jour 2
Kim Jihye rscj (KOC)

La première chose que nous avons faite était d’aller chercher nos laissez-passer de l’ONU. Nous avons ensuite participé à une orientation avec quelques membres d’autres congrégations religieuses telles que les Clarétains, les Sœurs de Notre-Dame et les Pères de Maryknoll. 

Nous nous sommes réunis au Bureau ONG-ONU de la Société du Sacré-Cœur. Nous avons discuté des Objectifs de Développement durable de l’ONU (ODD), de la durabilité, d’une approche systémique de la vie et de la structure du FPHN. 

Voici quelques questions auxquelles nous avons dû réfléchir :

  • Quels sont vos objectifs personnels pour le FPHN ?
  • Comment ces objectifs s’insèrent-ils dans les objectifs collectifs de la congrégation ?
  • Quels messages ou expériences vous ou votre congrégation apportez-vous aux discussions sur les ODD ?
  • Comment partagerez-vous votre expérience avec votre communauté et d’autres réseaux ? 

Notre orientation s’est conclue par une visite du Siège de l’ONU, lors de laquelle nous avons pu voir l’histoire des Nations unies et les travaux importants réalisés jusqu’à présent.

 
9 juillet
Betty Nakato rscj (UGK)
 
L’ouverture officielle du Forum politique de haut niveau (FPHN) de 2019 a eu lieu entre 9h00 et 10h00. Cet événement international a rassemblé de nombreuses personnes des quatre coins du monde, venues pour mesurer le chemin parcouru par la communauté mondiale au cours des quatre dernières années pour atteindre les Objectifs de Développement durable (ODD). 
 
 
Des différentes déclarations faites sont ressortis les aspects suivants : 
  • Travailler avec tout le monde pour améliorer les comportements. Les jeunes DOIVENT contribuer à façonner leur monde.
  • Permettre aux gens d’acquérir les compétences nécessaires pour occuper les emplois de demain.
  • Nous avons besoin des données nécessaires pour rendre la mise en œuvre des ODD possible.
  • Le monde n’a pas besoin de pouvoir, mais d’actions. Ce dont nous avons réellement besoin, c’est le courage et non pas le pouvoir.
  • Les défis différents ont besoin de solutions différentes. 
Après l’ouverture du FPHN, nous avons assisté à la première session du lancement des Objectifs de Développement durable des Nations Unies : Apprendre. Une plate-forme en ligne a été créée afin de permettre aux personnes d’identifier les produits d’apprentissage qui répondent le mieux à leurs besoins et d’y avoir accès. 
 
Photo de groupe des participants des groupes de parrainage de l’événement parallèle.​ 
 
Dans l’après-midi, nous avons assisté à une manifestation parallèle organisée et coparrainée par la Société du Sacré-Cœur, l’ACWW (association des femmes rurales du monde), l’IPA (association internationale de présentation), les Religieuses du Sacré-Cœur de Marie et les Sœurs de Notre-Dame de Namur. L’événement était intitulé SDG 4: At the Heart of Achieving the 2030 Agenda [« ODD4 : au cœur de la réalisation de l’Agenda 2030 »]. L’Agenda 2030 se réfère aux ODD et l’ODD 4 est l’objectif concernant l’Éducation de Qualité.
 
 
L’une des intervenantes était Betty Nakato rscj (UGK). En se basant sur son expérience de l’éducation en Ouganda et aux États-Unis, elle a abordé les recommandations pour l’intégration d’une éducation de qualité :
  • Création d’un Programme d’Éducation individualisée (IEP) ;
  • Relations renforcées entre les acteurs de l’éducation scolaire ;
  • Promotion de l’apprentissage pratique/basé sur des projets ;
  • Communautés d’apprentissage professionnel/Développement professionnel des enseignants ;
  • Plan d’amélioration des performances des enseignants ;
  • Classes peu nombreuses ;
  • Utilisation de l’évaluation pour l’apprentissage.
D’autres intervenants ont abordé les façons dont l’éducation est valorisée dans diverses communautés et les différentes approches de l’éducation formelle et culturellement pertinente tout au long de la vie.
 
Nous avons eu le temps de partager en petits groupes et d’entendre de brèves présentations des participants. Toutes les recommandations seront rassemblées par nos représentants ONG-ONU, puis présentées sous un certain format aux décideurs politiques des Nations unies.  
 
Nous avons ensuite dîner avec tous les co-parrains de la manifestation parallèle, puis nous sommes retournées à la communauté 120th Street pour une bonne nuit de sommeil !
 
 
10 juillet
Bang Junghye rscj (KOC)

Notre voyage avec des compagnons du monde entier s’est poursuivi aujourd’hui.

Dans la matinée, nous avons discuté de l’importance de l’enseignement universitaire pour atteindre les ODD. Nous avons souligné l’importance non seulement d’inclure les ODD dans le cursus et les activités éducatives de l’enseignement universitaire, menant à une « éducation sur le terrain », mais aussi de créer un réseau (Building Bridges) avec les organisations de la société civile pour promouvoir la réalisation des ODD en appliquant des méthodes éducatives développées à « l’éducation » à différents niveaux (local et divers niveaux).  

Dans l’après-midi, grâce à une analyse de surveillance systématique au niveau du réseau international lié aux droits de l’homme, nous avons étudié les moyens de faire en sorte que « personne ne soit laissé pour compte » dans le processus de mise en œuvre des ODD.

Cette journée a également permis de réaliser à quel niveau de collaboration la Société est engagée aux Nations Unies. Alors que la plupart des personnes de notre délégation participaient aux manifestations parallèles, Daphne Sequeira, notre Conseillère générale de Rome, a passé une grande partie de la journée à s’entretenir avec des collègues de Sheila Smith, notre représentante ONG-ONU. Daphne est le lien entre l’Équipe centrale et l’ONG-ONU. À New York, elle a passé la plupart du temps à essayer de mieux comprendre le travail de l’ONG-ONU de la Société et les collaborations entre les sociétés civiles aux Nations Unies.
 
Haut : Daphne Sequeira (Conseillère générale, Rome) avec Amarachi Ezeonu, 
Représentante ONU-ONG pour les Soeurs de Notre Dame de Namur.  
Bas : Daphné avec Teresa Blumenstein (coordinatrice de la Coalition pour la Justice des Religieux – JCoR).
 
 
11 juillet
Rita Pinto rscj (IND)
 
Nous avons participé aujourd’hui à la manifestation parallèle « Aspirations des jeunes et urgence climatique, une conversation sur les espoirs et les revendications des militants de base dans un monde menacé par la crise climatique ». Nombreuses ont été les références à l’encyclique Laudato Si’ du pape François, en particulier sur la proposition d’entrer dans une spiritualité écologique à partir d’une conversion écologique. Nous avons été encouragées à faire la différence par le biais de l’éducation, en sensibilisant les gens à l’urgence de la crise climatique.
 
Parmi les intervenants étaient présents quatre jeunes militants de base venant de différentes régions du monde : Papouasie-Nouvelle-Guinée, Panama, Ghana et Allemagne. Ils ont partagé avec passion la situation climatique de leurs régions respectives et la manière dont elle affectait leurs populations et leurs pays. Ils nous ont fait part de leurs espoirs et de leurs aspirations dans un monde menacé par les effets néfastes du changement climatique et les risques pour l’environnement, l’écologie, la société et l’économie. L’évolution de la situation environnementale affecte les petites communautés vivant dans les petits États insulaires en développement : inondations constantes et hausse des températures qui ont entraîné des phénomènes météorologiques extrêmes susceptibles de dévaster l’avenir des jeunes. Ils nous ont fait prendre conscience de leur perte de confiance dans le leadership mondial en termes d’action pour le climat. Ils ont également parlé de l’urgence de trouver des moyens de réduire les risques que la hausse des températures et du niveau de la mer fait peser sur leur avenir.
 
 
La crise climatique que nous traversons aujourd’hui est un grand niveleur, car elle affecte tous les pays et en particulier les jeunes. Le changement climatique n’est pas un terme abstrait, il a un visage humain. 
 
Voici quelques recommandations pouvant apporter des solutions :
  • Plan d’action concret, pour éduquer les gens au sujet de la crise climatique que vit notre monde ;
  • Encourager les nations à utiliser la taxe carbone ;
  • Inviter les politiciens à s’impliquer dans les problèmes liés à l’urgence climatique et à aborder ce sujet lors de leurs campagnes électorales ;
  • Pousser les jeunes à travailler ensemble, à dialoguer, pour faire la différence dans leurs pays ;
  • Écouter les aspirations des jeunes pour se mettre à leur niveau, pour éduquer et pour faire la différence ;
  • Être des modèles de changement, faire des choses que les jeunes peuvent imiter ;
  • Penser globalement et agir localement. Les problèmes mondiaux doivent être abordés localement. Nous devons éduquer pour créer des réseaux avec les jeunes, pour échanger des idées et faire en sorte que leur voix soit entendue ;
  • Accorder plus d’importance à l’augmentation de la participation, y compris celle des jeunes.
Nous avons conclu notre journée en assistant au Festival du Film ODD, où six courts métrages vainqueurs ont été présentés. Chaque film abordait un ODD dans un contexte local.
 
 
 
12 July
Bang Junghye rscj & Kim Jihye rscj (KOC)
 
In the morning, we attended the session “Practical Tools for Empowering People, Access to Justice and Peaceful Societies.” The presenters explained that one of the core tenets for peace (SDG 16) is inner sustainability, which is essential for the outer work of peace to be effective. Developing inner peace in order to work together more harmoniously will likely help us become wiser. This will enable us to make more grounded decisions that lead to initiatives for building sustainable peace.
The presenters also introduced the concept of « Heart Intelligence » and suggested some key points for empowering the people, such as:
  • Resilience from the heart creates sustainability.
  • Heart intelligence is available to everyone and is a source of inclusive empowerment.
  • Heart intelligence is key to creating peaceful and just societies.

We think this is deeply connected with our Sacred Heart spirituality. By listening to our hearts through prayer and meditation, we are able to share more grounded energy with others, and invite them as well to face themselves. This awareness is for us an important insight as we endeavor to live our mission through the SDGs.

In the afternoon, we went to the Conservatory Garden in Central Park. In the embrace of the beauty of nature, we took time to « create silence » and to look back at our HLPF experience. During these days we heard numerous voices: from Earth and from humanity, through our companions from all over the world. Sometimes it was painful and frustrating to face the issues; but we realized ever more deeply that God invites and urges us to collaborate with others in « Being Artisans of Hope in our Blessed and Broken World » (JPIC, 2019). 
 
Reflection time in the Conservatory Garden, New York. L to R: Bang Junghye (KOC), Betty Nakato (UGK),
Kim Jihye (KOC), Rita Pinto (IND), Sheila Smith (UN-NGO Representative)
 
 
13-14 July
Sheila Smith rscj (UN-NGO Representative)
 
The Sacred Heart HLPF program for 2019 concluded with two free days. The first included an excursion to the Immigration Museum on Ellis Island, New York. On the second day we celebrated Mass at a parish to which RSCJ belong. We also shared one evening on our experience over the past week. 
 
 
Based on our experience, we recommend that the Society of the Sacred Heart: 
  • Provide more experiences like this one
  • Include teaching of the SDGs in our places of mission
  • Raise awareness that we are already contributing to the achievement of the SDGs, and identify in each context 
  • Make stronger local-global connections with the UN-NGO office
  • Help members of the Society and our partners in mission to see and experience the connection between the SDGs and Sacred Heart charism and spirituality
  • Teach the SDGs in initial and ongoing formation programs within the Society of the Sacred Heart

Immediate next steps for our group: 

  • One of us has committed to work on SDG 16 (Peace) by helping to build capacity in students for inner peace. This is essential for sustainable peace within and among families, communities, institutions, societies, etc. 
  • Two have committed to be SDG ambassadors to RSCJ in the next probation. 
  • One has committed to promote the SDGs as a component of formation programs within the Society. 
  • The UN-NGO Representative has committed to help the group remain connected and supported as they live these commitments in their local realities. 
One more week of HLPF remains. This second week is more focused on the voluntary national reviews (VNRs) by governments. Sheila Smith (UN-NGO Representative), Lisabeth Kelly (UN-NGO Intern), and Rita Pinto (Visiting RSCJ) will attend. They will submit one more short report at the end of the second week.
 
 

Section |Sacre-Cœur à l’ONU


Province |Corée-Chinoise|États-Unis et Canada|Inde|Maison Mère|Ouganda / Kenya


JPIC |JPIC Nouvelles et mises à jour