Charisme, créativité et patrimoine culturel de la vie consacrée

Du 4 au 5 mai 2022, le Conseil pontifical de la culture a organisé une conférence sur le charisme et la créativité à l’Université pontificale Antonianum de Rome.

La conférence a tenté de répondre à la question suivante : quelles actions peuvent être entreprises concernant l’immense patrimoine culturel des communautés de vie consacrée aujourd’hui ? À une époque où les communautés de vie consacrée comptent moins de membres mais peuvent également tirer parti des nouvelles technologies et possibilités, comment les religieux et leurs collaborateurs laïcs peuvent-ils gérer au mieux l’extraordinaire patrimoine culturel de l’Église ? Comment la créativité et l’innovation peuvent-elles s’aligner sur le charisme qui façonne la vie de la congrégation ?

Il y avait quelques hypothèses de base qui étaient très utiles à mon avis, en tant que collaborateur laïc :

« Le charisme est le véritable patrimoine ». C’est quelque chose à garder à l’esprit en tant que collaborateur laïc. Si nous devons préserver ou valoriser le patrimoine religieux d’une communauté, ou innover par rapport à lui (dans mon cas, ce patrimoine est constitué par les archives historiques), il est fondamental de garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’un processus « neutre ». Le patrimoine raconte l’histoire du charisme de la communauté, de la façon dont ce même charisme fondateur s’est développé depuis le fondateur à travers le temps et à travers chaque religieux, jusqu’à nous. Chaque document, chaque image, chaque livre nous dit quelque chose sur ce charisme.

En ce qui concerne la réaffectation d’une maison religieuse, le lien avec le charisme de la communauté prend une autre nuance, le sentiment d’empathie. Lorsqu’une communauté se réduit, et que la finalité ne peut rester la même, quel est le but ou la nouvelle expérience que peut offrir cette communauté religieuse ? Un mot revient souvent à ce sujet : l’empathie. L’empathie est ce qui détermine la relation entre une certaine maison religieuse et un certain lieu et elle est déterminée par le charisme de la communauté. En fait, les biens culturels religieux ont parfois été définis comme des « biens relationnels », car ils établissent, racontent et façonnent une relation entre la congrégation et le monde. Pour cette raison, les nouvelles idées et les nouveaux objectifs doivent être imprégnés d’empathie et d’authenticité. Pour réaliser ces nouvelles finalités, la collaboration est très importante : collaboration avec les entités locales, avec les associations laïques, avec les institutions éducatives et, bien sûr, avec le personnel laïc.

Afin de comprendre le charisme et tout ce qu’il apporte, et de vivre ce charisme en tant que collaborateur laïc, je pense qu’il est nécessaire pour nous non seulement de connaître et de comprendre l’histoire de la congrégation et ses aspects spirituels, mais aussi d’être toujours dans un dialogue honnête avec la congrégation et d’encourager ce dialogue. Il est important de savoir où va la congrégation et comment notre professionnalisme peut servir le but du charisme.

Différents cas ont été présentés, ainsi que des solutions pratiques, des idées et différentes expériences du monde entier, où des collaborateurs religieux et laïcs ont trouvé des moyens de gérer, d’améliorer et de donner une nouvelle vie et un nouveau but au patrimoine culturel religieux, comme les archives, les bibliothèques et les bâtiments historiques.

Cliquez sur les liens ci-dessous pour voir quelques exemples de nouvelles utilisations de structures religieuses et de nouvelles façons de considérer le patrimoine culturel religieux :

https://museosantateresa.org/home/

https://museocasadonbosco.org/

https://www.parcum.be/en/

Pour en savoir plus, consultez le site Charism and Creativity Conference website (en Italien)

– Federica Palumbo
Archiviste des Archives générales de la Société du Sacré-Cœur

 


Section |Nouvelles Internationales


Province |Maison Mère


Tags |carisma|Charism|charisme