Prière pour les vocations le 25 mars 2022

De l’Évangile selon Saint Luc (1, 26–38)

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David ; cette jeune fille s’appelait Marie. L’ange entra auprès d’elle et lui dit : « Sois joyeuse, toi qui as la faveur de Dieu, le Seigneur est avec toi. » A ces mots, elle fut très troublée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la famille de Jacob, et son règne n’aura pas de fin.» Marie dit à l’ange : « Comment cela se fera-t-il puisque je n’ai pas de relations conjugales ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint et sera appelé Fils de Dieu. Et voici que Elisabeth, ta parente, est elle aussi enceinte d’un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile, car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu me l’as dit ! » Et l’ange la quitta.

Réflexion :

Contempler la Vierge Marie à Nazareth, c’est contempler l’image d’une personne humaine pleinement réalisée en Dieu. Par son généreux « oui », Marie nous montre tout ce que nous pouvons devenir si nous accueillons sa Parole avec foi.

Dieu a voulu se faire connaître à nous, c’est pour cela qu’il a choisi de S’INCARNER en Marie, une femme simple, et il l’a fait sans faire de spectacle, dans un moment de rencontre personnelle, dans la prière. C’est ainsi que Dieu se révèle à nous dans le silence de nos cœurs.

Dans la salutation, les premiers mots qui lui sont adressés sont « Sois joyeuse » (ou « Réjouis-toi »). C’est la première chose que Marie entend de Dieu et c’est aussi la première chose que nous devrions entendre, car la seule chose que le Seigneur veut, c’est notre bonheur… Il est toujours Bonne Nouvelle.

Quand la joie manque, la foi perd de sa fraîcheur, la cordialité disparaît, l’amitié se refroidit. Tout devient plus difficile.

« Le Seigneur est avec toi » est une confirmation que le Seigneur fait à Marie et à nous : nous ne sommes pas seuls dans cette aventure de le suivre, ce à quoi Il nous invite.

« Sois sans crainte » On a beaucoup de peurs qui nous paralysent en suivant Jésus. Quelles peurs avons-nous ? … qui nous empêchent de marcher vers l’avenir avec espérance ?  … qui nous enferment dans la conservation stérile du passé ? … qui nourrit nos fantômes ? Peur aussi de renoncer aux affections, aux choses matérielles, etc. … Essayons de les nommer !

« Tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus » Comme à Marie, à nous aussi, une mission nous est confiée : contribuer à mettre de la lumière au milieu des ténèbres… « Manifester l’amour de Dieu », faire savoir que « Dieu est avec nous » et si c’est ainsi, qui saurait nous manquer ? Notre impératif doit toujours être « de faire connaître Jésus ».

« Comment cela se fera-t-il ? » Voilà la question que nous nous posons souvent : Comment est-ce possible ? Que pouvons-nous faire ? (Nous pouvons partager nos réponses.) Et le Seigneur nous dira : « rien n’est impossible à Dieu ». Et si nous avons accompli tel ou tel acte, c’est parce que nous avons fait confiance à Dieu et nous avons tout donné.

« Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu me l’as dit ! » Marie accueille l’invitation… Ce « que tout se passe » n’est pas seulement une acceptation, mais aussi une ouverture confiante vers l’avenir. Marie est la mère de l’espérance. Marie ne savait pas comment elle pourrait devenir mère, mais elle avait totalement confiance. Remercions les moments où nous avons été généreux en répondant à un appel.

Pour une réflexion personnelle

Seigneur, tout comme Marie a su accueillir l’annonce que tu lui as faite, donne-moi de savoir écouter et accueillir ce que tu veux me dire aujourd’hui, car mon désir est que la vérité de ton Évangile imprègne ma façon de voir, de penser et d’agir.

  • À quoi Jésus vous invite-t-il à travers sa Parole dans cet évangile ?
  • Partagez les ANNONCES les plus fortes de Dieu adressées à vous tout au long de votre vie ?
  • La réponse de Marie a été un « oui ». Qu’est-ce que cela vous dit ? A quelle attitude vous invite-t-il ? A quoi vous engagez-vous ?

Karla Nuñez RSCJ de la province de Peru

Nous terminons ce temps de prière avec la prière de Kathleen Hughes RSCJ pour les vocations.



Section |Nouvelles Internationales|Pastorale des Vocations et des Jeunes


Province |États-Unis et Canada|Pérou


Tags |Oración por las Vocaciones|prayer for vocations|prière pour les vocations